Ils vous racontent…

Témoignage de Jeanne-Marie : “Un poste de travail modifié et adapté à ma problématique”

En 2012, j’ai été victime d’un accident qui m’a notamment privée d’une partie de la mobilité au niveau du bras droit. Après avoir obtenu la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) auprès de la Maison départementale des personnes handicapées de l’Hérault, j’ai transmis le document à la chargée de mission Handicap au sein de DEKRA car je savais que l’entreprise avait mis en place plusieurs actions dans ce domaine. La personne concernée m’a rapidement recontactée pour m’informer des dispositifs existants pour favoriser mon maintien dans l’emploi.

Après plusieurs échanges, j’ai reçu la visite d’un ergonome au sein de l’agence. Celui-ci a examiné mes conditions de travail et a échangé avec moi sur mes problématiques. A l’issue de ce rendez-vous, plusieurs aménagements ont été apportés à mon poste de travail. Mon bureau a ainsi été remplacé par un bureau électrique plus adapté à mes besoins. On m’a également dotée d’un fauteuil avec accoudoir, d’un repose pied, d’un casque pour le téléphone, d’un bras articulé pour mon écran, d’un roller mousse pour mon clavier, d’une agrafeuse, d’une relieuse et d’une perforeuse électrique… autant de petites choses qui ont changé mon quotidien et permis d’exercer mon activité dans de bonnes conditions.

Aujourd’hui, je ne peux qu’encourager les personnes dans la même situation que moi à se faire reconnaître comme travailleur handicapée et à prendre contact avec Amandine Monvoisin, chargée de mission Handicap au sein de DEKRA. Elle prendra en charge leur dossier pour leur fournir les solutions les plus adaptées à leurs besoins et mettra tout en œuvre pour leur offrir des conditions de travail qui leur permettent de poursuivre leur activité.

Témoignage d’Alain : “Merci DEKRA !”

Faire répéter à plusieurs reprises ses interlocuteurs sur un chantier, n’entendre d’un repas de famille qu’un long et interminable brouhaha… Une gêne dont souffrait depuis plusieurs années Alain sans pouvoir la nommer.  En creusant un peu le sujet, il découvrit que sa perte progressive de l’audition était bien réelle et portait le nom de Presbyacousie.

Il nous raconte : « J’ai découvert qu’il existait des solutions notamment par le biais d’amplificateurs mais leurs coûts, de l’ordre de 2 500 à 3 000 euros restaient relativement onéreux ». Quelque temps après, Alain prend contact avec la Mission Handicap DEKRA Industrial, pilote de la Mission Handicap DEKRA Industrial, et s’engage alors dans sa Reconnaissance Qualité de Travailleur Handicapé.

En quelques mois et après un passage à la médecine du travail, consultation d’un ORL et validation de la Maison départementale des personnes handicapées, Alain obtient cette reconnaissance. Un avantage indéniable puisque ce statut va permettre à DEKRA Industrial de l’aider dans le financement de ces prothèses. « En comptant les remboursements effectués par la sécurité sociale, la Mutuelle et l’aide de DEKRA Industrial, le matériel d’amplification ne m’a rien coûté », explique Alain.

Désormais débarrassé de ces soucis auditifs, celui-ci savoure sa nouvelle vie : « J’entends de nouveau le chant des oiseaux et le bruit que font les clignotants de mon véhicule. Je réalise d’autant mieux tout ce que j’avais perdu au cours des dernières années ».

Témoignage de Madame Menana – responsable administrative d’agence

Responsable administrative pour DEKRA région Ile de France, Madame Menana a souvent besoin de renfort pour des missions ponctuelles d’archivage. Se tournant vers l’équipe Ressources Humaines pour l’aider dans cette démarche de recrutement, elle fut conseillée par la Mission Handicap DEKRA Industrial, qui lui proposa de faire appel au secteur protégé, en faisant intervenir le centre Jean Caurant (Bagneux).

Elle témoigne : « Lorsque la Mission Handicap m’a proposée d’avoir recours à un ESAT, j’ai eu quelques appréhensions car je n’avais pas eu l’occasion de manager des personnes en situation de handicap ».

Allant au-delà de ses a priori, elle rencontra un candidat en situation de handicap : entretien concluant ! Commençant par une prise de contact et une présentation auprès des équipes, le processus d’intégration d’une personne handicapée est en tout point identique à l’intégration d’une personne « valide » : « Personne n’est mis à l’écart et les travailleurs en situation de handicap que nous intégrons ne sont en aucun cas considérés comme différents. Ils font partie à part entière des équipes. De plus, le degré du handicap n’intervient en aucun cas dans la qualité du travail effectué. Le partenariat que nous avons établi casse beaucoup d’idées reçues. Nous n’avons pas eu besoin d’adapter l’environnement de travail et nous gérons parfaitement l’organisation à l’aide d’un planning défini en amont ».

Convaincue de ce partenariat, Madame Menana fait maintenant régulièrement appel au centre Jean Caurant et souhaite faire perdurer ce partenariat.

handicap-accueilbloc-idees-recues-2

Comments are closed.