Idée reçue n°1 : Une personne handicapée coûte cher car il va falloir aménager son poste de travail.

Idée reçue n°1 : Une personne handicapée coûte cher car il va falloir aménager son poste de travail.

FAUX – Handicapé ne veut pas dire forcément en fauteuil roulant. En effet, 80% des handicaps sont invisibles. Les travailleurs en situation de handicap ayant besoin d’un aménagement particulier (temps de travail, poste …) ne représente donc que 10%. De plus, si cela s’avère nécessaire, des aides financières sont proposées pour adapter les entreprises.

Idée reçue n°2 : Une personne handicapée ne peut occuper que certains postes dans l’entreprise.

Idée reçue n°2 : Une personne handicapée ne peut occuper que certains postes dans l’entreprise.

FAUX – Il est illégal de refuser un poste à responsabilités à des personnes en situation de handicap. De par les difficultés et les préjugés dont elles ont pu être victimes, elles sont même généralement plus motivées et fidèles à leur entreprise.

Idée reçue n°3 : Une personne handicapée est plus souvent en arrêt de travail.

Idée reçue n°3 : Une personne handicapée est plus souvent en arrêt de travail.

FAUX – En réalité leur taux d’absentéisme est inférieur à celui des personnes valides. 69% des employeurs interrogés estiment qu’ils ne sont pas plus souvent absents que les autres salariés. De plus, un planning peut être défini en amont s’il s’avère nécessaire de prévoir des jours pour des consultations médicales ou de repos nécessaire.

Idée reçue n°4 : Faire sa Reconnaissance de Qualité de Travailleur Handicapé ne sert à rien.

Idée reçue n°4 : Faire sa Reconnaissance de Qualité de Travailleur Handicapé ne sert à rien.

FAUX – En faisant votre RQTH, cela permettra à l’entreprise de vous accompagner au mieux tout au long de votre carrière. Vous pourrez ainsi bénéficier d’aménagement de poste, d’horaires arrangées si besoin, d’une formation spécifique, d’un accompagnement…. Cela ne sera pas un obstacle pour votre évolution, mais au contraire l’occasion de bénéficier d’un meilleur environnement de travail.

Idée reçue n°5 : Une personne handicapée aura du mal à s’intégrer à l’équipe.

Idée reçue n°5 : Une personne handicapée aura du mal à s’intégrer à l’équipe.

FAUX – 88% des salariés travaillant avec des personnes handicapées trouvent qu’il est facile de travailler avec elles. Toutefois, certains managers sont réticents à l’accueil d’une personne en situation de handicap, car ils ne savent pas comment se comporter face à elle et comment l’accompagner au mieux. Là intervient le rôle de la Mission Handicap en vous préparant aux différentes étapes : prise de contact, prévenir les équipes en amont, présentation à l’équipe, intégration…

Idée reçue n°6 : Faire appel à un ESAT constitue un risque de non qualité et un coût plus élevé.

Idée reçue n°6 : Faire appel au secteur protégé pour réaliser des prestations constitue un risque de non qualité et un coût plus élevé.

FAUX – Les prestations réalisées par des personnes en situation de handicap sont encadrées. Il est impossible de pouvoir faire la différence entre un prestataire du secteur protégé (ESAT) et un prestataire hors secteur protégé.

De plus, les prestations réalisées par le secteur protégé permettent de récupérer des Unités Bénéficiaires (unités permettant de justifier le recours au secteur protégé et de faire un équivalent en temps de travail effectué par des personnes handicapées).

Idée reçue n°7 : Une personne handicapée peut donner une mauvaise image aux clients.

Idées reçues n°7 : Une personne handicapée peut donner une mauvaise image aux clients.

FAUX – Cette réaction est souvent dictée par la peur du handicap et de l’inconnu. Comme si Michel Petrucciani ou Ray Charles écornaient l’image de la musique ! Une personne en situation de handicap pourra même vous surprendre par ses compétences et son professionnalisme.

Idée reçue n°8 : Une personne handicapée résiste moins bien à la pression.

Idée reçue n°8 : Une personne handicapée résiste moins bien à la pression.

FAUX – Tout comme les valides, les personnes handicapées sont réceptives à l’environnement de travail : pression, stress ou bonne humeur, cela influe sur leur ressenti.  Ils résistent donc ni mieux ni moins bien à la pression que les autres. En outre, certains travailleurs handicapés ont fait preuve d’une grande énergie et ténacité dans leur parcours professionnel et personnel afin de relever des défis et franchir des difficultés.

Idée reçue n°9 : Une personne handicapée ne peut pas travailler seule.

Idée reçue n°9 : Une personne handicapée ne peut pas travailler seule.

FAUX – Comme tout collaborateur, afin d’être autonome, il suffit d’avoir un poste adapté à ses compétences. Il en va de même pour les personnes handicapées, en leur proposant un poste en adéquation avec leurs compétences, vérifiées à travers le Cv et un entretien. De plus, la qualité du travail n’est pas liée au degré du handicap mais à l’accompagnement et à la formation dispensées par l’employeur.

Idée reçue n°10 : Me faire reconnaitre va me freiner mon évolution professionnelle et salariale.

Idée reçue n°10 : Me faire reconnaitre va me freiner mon évolution professionnelle et salariale.

FAUX – La rémunération et l’évolution professionnelle ne sont pas définies en fonction du handicap mais des compétences. La reconnaissance permet uniquement d’améliorer l’environnement et les conditions de travail mais n’est pas liée au professionnalisme des collaborateurs.

bloc-temoignageshandicap-accueil

Comments are closed.